Cette année, la durée des soldes d’hiver a été allongée de deux semaines pour finalement s’achever le 2 mars. Malgré cette tentative de relance des ventes, le bilan de ces premières soldes hivernales est médiocre. Le constat est simple : des palettes de anachronistically marchandises sont restées invendues.

Comme expliqué, dans l’article du journal Le Monde (Le mauvais bilan des soldes d’hiver sape le moral du marché de la mode, paru le 03 mars 2021) les causes de cette débâcle seraient le couvre-feu à 18h et la fermeture des Centres commerciaux. De ce fait, de nombreuses entreprises se retrouvent avec des invendus sur les bras. Mais que faire de ses stocks d’invendus ?

1. Les changements dans le comportement consommateur après Covid 

Le Covid-19 a influencé de manière marquante tous les secteurs d’activités existant. L’apparition du Covid-19 en France a eu plusieurs conséquences économiques et sociales très dommageables. Cependant, dans certains secteurs commerciaux, il a favorisé descargar apk para conocer gente le développement de la vente en ligne.

Cette situation a impacté le comportement des consommateurs qui se sont rués vers les sites en ligne pour faire leurs achats. En effet, pour les entreprises disposant de sites e-commerce, c’est devenu une occasion de booster leurs ventes. En même temps, cela permettait aux personnes de https://www.baywidi.de/3086-dtde40250-single-vorarlberg.html faire leurs courses sur internet sans avoir à se déplacer au risque de s’exposer.

2. Le besoin croissant d’optimiser la gestion des stocks

Bien que les sites e-commerce aient su tirer avantage de cette situation, de nombreuses entreprises moins portées sur le digital ont vu http://terradarquers.com/?simonenko=conocer-mujeres-canarias&a47=63 leurs résultats s’effondrer, conduisant certains jusqu’à la faillite. En effet, la gestion des stocks étant un élément clé intervenant dans le cycle de production, les entreprises doivent être capables de prévoir et anticiper leurs besoins de stocks pour produire en conséquence.

Lorsque ces prévisions sont faites à la hausse (supérieures au besoin réel) : il y a des excédents de production, des surstocks, des lots d’invendus, qu’il faudra liquider au risque de faire face à des problématiques de coût de stockage, d’entreposage de palettes, qui peuvent dans les cas extrêmes conduire à la faillite.

Dans le cas d’activités avec de fortes saisonnalités par exemple, la variation des quantités vendues fluctue fortement d’une période à une autre. Illustration faite par les entreprises vendant des climatiseurs qui vont énormément vendre en été et très peu en hiver. D’où la nécessité d’anticiper et d’estimer le plus précisément la demande ou avoir un plan de redistribution pour une gestion optimale de ses stocks.

3. Les professionnels du déstockage et la nécessité de faire appel à eux

Avec la crise sanitaire du Covid-19, les confinements et restrictions de mouvements qu’elle a entraîné, beaucoup de magasins physiques ont eu beaucoup moins de visites et par conséquent plus de mal à écouler leurs stocks. C’est dans cette situation, et du fait du besoin de transformer leurs stocks en liquidités que certaines entreprises ont fait appel au déstockage.

Mais le déstockage, qu’est-ce que c’est ?

Si on s’en tient à la définition fournie dans notre précédent article (Pourquoi s’orienter vers le déstockage?) le déstockage est une pratique commerciale qui consiste à se défaire d’une partie ou de la totalité d’un stock de produits à prix plus bas que ceux d’origine, à des fins de renouvellement de stock ou de fermeture.

Selon le dictionnaire Larousse, le déstockage est l’action de « reprendre pour utilisation ce qui a été précédemment stocké». En résumé, dans le secteur de la consommation, le déstockage consiste à se déposséder des marchandises stockées.

Les acteurs du déstockage sont nombreux. Et les types de produits illimités : déstockage multimédia, chaussures, plomberie, jouets, fin de vie de produits… Il y a les marques et les grandes enseignes bien évidemment, les associations, ainsi que les spécialistes, que l’on appelle les déstockeurs tels que Promo-Discount.

Ces derniers achètent en gros des marchandises, des lots d’invendus, et des articles invendus pour les injecter dans des circuits de distribution, sur certaines boutiques en ligne, des marketplaces (amazon, cdiscount, ebay, groupon…), mais aussi sur des plateformes de ventes privées.

4. L’importance du déstockage dans l’activité économique 

Selon le cabinet Xerfi Precepta, le marché du déstockage pesait environ 8,5 milliards d’euros par an en France, avant la pandémie de Covid-19. «Mais cette crise, qui a généré des surstocks, des retours d’achats sur Internet et des invendus colossaux avec la fermeture des magasins physiques, va accélérer la croissance du marché en 2020 et pour les deux à trois ans à venir », parie Pierre-Yves Pasquier, cofondateur de Comerso, une start-up spécialisée dans la gestion des invendus.

Et alors que les dépôts de bilan et les difficultés se multiplient dans la distribution spécialisée (Alinéa, La Halle, Maisons du monde, Camaïeu, Celio…), dans l’univers du déstockage c’est l’inverse. Les opportunités se multiplient.

Globalement, «il existe environ 5 000 magasins spécialistes du déstockage en France », recense M. Pasquier en additionnant les boutiques indépendantes locales, les sites Internet spécialisés dans les achats de lots, jusqu’aux grandes chaînes comme Noz, Stokomani, Mistigriff…

5. Comment trouver un bon déstockeur ?

Contrairement à l’achat de stock, il est moins aisé pour une entreprise ayant des surstock, des lots marchandises invendues, ou des palettes retournées suite à un litige client, de trouver un repreneur à qui vendre ses stocks. Bien que rares, ces experts repreneurs de stocks abandonnés, vous donneront les bonnes astuces pour vendre rapidement vos stocks, et faire du bon déstockage.

En définitive, si la crise causée par le Covid-19 a eu un impact négatif sur la trésorerie des magasins physiques, et un effet boom sur les sites E-commerce. Elle a remis au premier plan la nécessité de faire une bonne gestion des stocks produits.

Et c’est dans cette optique que se présente le déstockage comme un outil de régulation de ces surstocks. Pour prendre d’un côté les excédents de production, et les transformer de l’autre côté en bonnes affaires pour le client final.

Si vous vous retrouvez dans l’un des cas que nous venons de vous citer, pour vendre votre stock rapidement, contactez-nous pour discuter ensemble de vos besoins de déstockage !

 

Rédacteur : Ronny Biam